Home » ByUs » Levée de fonds : le bon moment, la préparation

Levée de fonds : le bon moment, la préparation

Une levée de fonds peut être une opportunité de développement très importante pour une entreprise, à une seule condition : qu’elle soit réalisée au bon moment ! Suivez nos conseils pour réussir au mieux votre levée de fonds.

Quand lever des fonds ?

Avant de se lancer, il faut prendre conscience qu’une levée de fonds vous fait perdre une partie de votre liberté, vous aurez désormais des comptes à rendre à vos investisseurs et ce sera la fin de vos plein pouvoirs.

Si vous vous lancez dans une levée de fonds au mauvais moment, il y a un risque que cela nuise à la valorisation de votre entreprise et ainsi à vos chances de convaincre des investisseurs.

A.   Les pires moments pour lever des fonds

Deux principaux risques pour votre levée de fonds : la faire trop tôt ou trop tard.

Une levée de fonds qui intervient trop tôt

Beaucoup d’entrepreneurs veulent lever des fonds avant le lancement de leur start-up ou après seulement quelques mois d’activité.

Plusieurs problèmes dans ces conditions :

  • Une méconnaissance du marché
  • Un produit/service pas encore optimisé
  • Un nombre insuffisant de retours de clients
  • Des prévisions financières très difficiles à réaliser étant donné l’absence d’informations

Il pourra alors être compliqué de rédiger un business plan solide et fiable qui permette de convaincre des investisseurs.

En plus de cela, la levée de fonds est un véritable marathon extrêmement usant pour les entrepreneurs. La charge de travail est décuplée, il faut préparer le business plan, le pitch, rencontrer des investisseurs,… Ce sont 3 à 12 mois très fatigant et c’est autant de temps qui n’est pas accordé à son entreprise et à son développement.

Ainsi, il est parfois préférable d’attendre d’avoir passé l’excitation de la croissance du début avant de se lancer dans une levée de fonds.

Une levée de fonds qui intervient trop tard

Comme le dit Stéphane Couleaud, CEO de Webmecanik, « il faut lever des fonds quand on n’en a pas besoin ».

En effet il ne faut pas attendre d’avoir un déficit de rentabilité pour se lancer dans une levée de fonds, vous ne convaincrez aucun investisseur !

C’est seulement quand l’entreprise est sur une bonne lancée et que sa valorisation pourra être intéressante pour les investisseurs que l’on peut réaliser une levée de fonds.

B.    Les indicateurs qu’il est temps

Vous pouvez vous lancer dans une levée de fonds que si vous êtes sûr à 100% que c’est la seule solution possible pour le développement de votre entreprise et que c’est le seul choix raisonnable à faire. Si vous n’en êtes pas convaincu, les investisseurs ne le seront pas non plus.

Comment être certain que c’est le bon moment ?

  • Vous connaissez votre marché,
  • Vous avez une bonne connaissance du secteur dans lequel vous évoluez et de votre concurrence,
  • Vous n’avez plus les moyens d’autofinancer votre développement,
  • Vous souhaitez passer une nouvelle étape

Comment s’y préparer ?

A.   Le business plan

Le business plan est l’élément central de votre levée de fonds. C’est le dossier que vous allez envoyer aux investisseurs que vous avez sélectionnés en espérant qu’ils vous accordent un rendez-vous. Il faut donc prendre le temps de le préparer avec soin. (pour cela lisez ce dossier)

Quelques éléments essentiels pour un bon business plan :

  • Ne dépassez pas 20-30 pages. Ne faites pas de paragraphes trop descriptifs. Votre business plan doit être percussif et démonstratif.
  • Accordez de l’importance à la forme: il doit être agréable à lire. Les investisseurs reçoivent de nombreux business plan, ils liront le vôtre avec davantage d’entrain s’il est bien présenté.
  • Justifiez tout ce que vous avancez. Pour que votre projet soit cohérent et paraisse sérieux auprès des investisseurs vous devez justifier toutes vos hypothèses. Cela est d’autant plus important dans vos prévisions financières, n’écrivez rien que vous ne pourrez pas expliquer devant les investisseurs !
  • Faites relire votre business plan. N’hésitez pas à vous faire accompagner dans votre rédaction et à le montrer autour de vous. Tous les avis sont bons à prendre.

B.    L’executive summary

L’Executive Summary peut être vu comme le teaser de votre business plan. Il est placé au début du business plan et doit, en deux pages, résumer l’intégralité de votre projet. Mieux que ça, il faut qu’il donne envie aux investisseurs d’en savoir plus et de vous rencontrer !

En effet les investisseurs reçoivent plusieurs business plan à lire tous les jours. Pour la plupart ils n’ont pas le temps de les lire en entier, c’est donc avec votre executive summary qu’ils vont se faire leur idée sur votre projet.

Pour savoir comment rédiger un bon executive summary, souvenez-vous de la règle des « 4C ». Un bon Executive Summary doit être :

  • Court : 2 pages maximum
  • Clair : pas de termes techniques, de jargon, tout le monde doit être capable de le comprendre
  • Cohérent : vous devez montrer la cohérence de votre projet (en quoi il répond à un besoin ?) et de votre équipe (pourquoi est-ce la meilleure équipe pour ce projet ?)
  • Catchy : c’est peut-être le plus important. L’executive summary ne doit pas résumer votre business plan ou décrire votre projet mais le vendre. Il fa

C.    Le pitch

C’est la dernière étape de votre levée de fonds. Les investisseurs ont lu votre Executive Summary et ont trouvé votre projet intéressant, ils veulent vous rencontrer pour savoir s’ils peuvent vous faire confiance : à vous de les convaincre !

Le pitch se décompose en deux parties :

  • Une présentation orale de votre projet devant les investisseurs
  • Des questions/réponses avec les investisseurs

Il n’y a pas de secrets pour le pitch, il faut le préparer avec beaucoup de sérieux et y consacrer du temps. Votre pitch doit être rédigé à la virgule près, ne laissez pas de place à l’improvisation c’est un risque inutile.

Une erreur classique dans cet exercice est de décrire son business plan et de rentrer en profondeur dans les détails techniques du projet (compte de résultat prévisionnel,…). Si les investisseurs veulent ces informations ils peuvent les trouver dans votre business plan.

L’objectif du pitch est de vous vendre. Soignez votre Powerpoint et votre attitude à l’orale. Entrainez-vous devant des proches, professionnels ou non, ils sauront vous conseiller.

Pour préparer la deuxième partie du pitch, vous devez être capable de répondes à certaines questions qui reviennent régulièrement :

  • Comment comptez-vous dépenser l’argent ?
  • Qu’est-ce que les investisseurs peuvent attendre pour leur sortie ?
  • Pourquoi votre équipe est-elle la meilleure pour mener à bien ce projet ?
  • Connaissez-vous bien votre marché, vos concurrents ?

Les 3 erreurs à éviter
Les 3 erreurs à éviter pour sa levée de fonds Click to Tweet

A.   Ne pas se faire introduire

Il est utopiste de penser que son idée et son business plan se suffisent à eux-mêmes et qu’il suffit de contacter le plus d’investisseurs possible pour avoir des rendez-vous.

Il peut être beaucoup plus judicieux de rencontrer des entrepreneurs qui ont déjà levé des fonds, de faire appel à son réseau, de se faire recommander.

De même, des leveurs de fonds pourront vous aider dans votre recherche d’investisseurs. Ils rendront votre projet attractif et vous mettront en contact avec des investisseurs qui recherchent des projets comme le vôtre.

N’hésitez donc pas à utiliser vos contacts. Même si ce n’est pas suffisant pour lever des fonds, ils peuvent vous donner une porte d’entrée vers des investisseurs.

B.    Etre trop gourmand sur la valorisation

La valorisation de votre entreprise permet d’engager les négociations avec les investisseurs. Ils savent que la valorisation d’une start-up est difficile étant donné le peu de données financières à disposition. Cette valorisation va donc reposer sur des éléments extra-financiers (marché, concurrence, cohérence de l’équipe,…).

De nombreux entrepreneurs ont peur de voir leur entreprise diluée suite à leur levée de fonds et surestiment la valeur de leur entreprise. Cette crainte est infondée car les investisseurs ne veulent en aucun cas prendre le contrôle de l’entreprise. Le dirigeant d’une start-up n’a donc pas à avoir peur de perdre complètement sa liberté de gestion.

Le risque avec une survalorisation est que les investisseurs ne veulent plus participer à une deuxième levée de fonds parce que vous avez trompé leur confiance une première fois. Cela complique ainsi l’avenir financier de l’entreprise.

C.    Négliger le pacte d’actionnaires

Le pacte d’actionnaires est un document juridique extra-financier non obligatoire qui régit les relations entre les actionnaires. Il peut être vu comme un contrat de mariage qui vous lie à vos associés.

Même s’il n’est pas obligatoire, il est très fortement recommandé d’en signer un. Dans le cas d’une levée de fonds, beaucoup d’investisseurs l’exigent.

Ce pacte permet d’apporter des solutions aux situations de conflits qui peuvent survenir entre associés et de gérer les relations entre chacun. Les principales clauses apportent des précisions sur la circulation des titres, l’arrivée et l’entrée de nouveaux actionnaires dans l’entreprise.

De nombreux entrepreneurs font l’erreur de négliger la négociation de ce pacte pour accorder davantage de temps à la valorisation de leur entreprise. Ne faites pas cette erreur ! La négociation de ce pacte permet de sécuriser votre position dans l’entreprise et ainsi de vous éviter d’importantes déconvenues.

N’hésitez pas à consulter ce site internet pour en savoir davantage sur le pacte d’associés.

Gaëtan Baudry

Fondateur chez My Business Plan
J'ai fondé My Business plan afin d'aider les entrepreneurs à rédiger des business plan, réaliser des prévisionnels financiers crédibles et lever des fonds. Avec plus de 100 000 visiteurs uniques par mois, My Business Plan est dévenu un site de référence dans ce domaine. Je souhaite désormais développer plus d'outils en ligne pour faciliter la création d'entreprise. My Business Plan est également un cabinet de conseil en rédaction de business plan. nous accompagnons alors les entrepreneurs dans leur levée de fonds et en face à face dans la rédaction et amélioration de leur business plan.

Les derniers articles par Gaëtan Baudry (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *